Fermer
LIVRAISON RAPIDE et GRATUITE à partir de 49$!

Quoi savoir avant de se mettre au fat bike?

La vague du fat bike a pris d’assaut le Québec. Au-delà de l’effet de mode et de parure, le fat bike comporte certaines spécificités qui le rendent unique et utile dans certaines conditions.

L'histoire du fat bike a commencé il y a plusieurs années. Inventé en Alaska dans les années 1980, le fat bike débarque au Québec dans les années 2000 et connaît une croissance lente, mais soutenue. Son principal avantage ? Grâce à ses pneus, deux fois plus larges que ceux d’un vélo normal, et à l’absence de suspension, il permet de « flotter » sur des surfaces aux textures difficiles, comme la neige ou le sable.

« Au Québec, grâce aux pneus très épais qui adhèrent à la neige, c’est vraiment utilisé pour l’hiver, notamment pour aller dans des sentiers de raquettes ou des sentiers adaptés au fatbiking », explique André-Philippe Éthier, directeur des opérations chez Bicycles Quilicot. Il ajoute que depuis quelques années, de plus en plus de pistes réservées au fat bike se développent. Il cite en exemple le Parc du Domaine Vert, à Mirabel, les Sentiers de l’Abbaye d’Oka, ou encore certaines pistes à Mont-Tremblant.

 

Matthew Gruber, un usager de fat bike de longue date, utilise sa monture l’hiver pour se rendre au travail. Il ne se passerait pas de ce vélo, qu’il enfourche également pour faire des randonnées d’hiver dans les sentiers désignés. « De plus en plus de gens voient le fat bike comme un sport d’hiver », affirme M. Éthier.

 

Fat bike au Québec

Le prix d’un fat bike

Bicycles Quilicot propose différents modèles de gros vélos, pour tous les budgets. En moyenne, un fat bike coûte entre 2 300 $ et 2 600 $. Bien qu’il soit utilisé surtout pour l’hiver, il peut également rouler l’été. « Certaines personnes désirent n’avoir qu’un seul vélo, bon pour toute l’année, et achètent un fat bike pour cette raison », dit le directeur.

 

Les composantes essentielles

Les composantes techniques d’un fat bike font la différence par rapport à d’autres vélos. « Un frein hydraulique l’hiver, c’est pratiquement un essentiel, et c’est ce qu’il y a sur un fat bike », soutient M. Éthier.

Les matériaux du fat bike sont faits pour rouler l’hiver dans des conditions difficiles, dans le désert ou sur une plage. Un seul plateau en avant, pas de dérailleur, un système arrière attaché à une grosse roue ; tout est adapté pour les sentiers peu fréquentés ! « Il n’y a que six vitesses sur un fat bike, donc on roule plus lentement dans les pentes, mais on y arrive plus facilement sur des surfaces corsées », ajoute M. Éthier.

 

Des accessoires adaptés

Gagnant en popularité, le fat bike pousse les entreprises à développer des accessoires spécifiquement pour lui. C’est le cas de Blivet, une entreprise de Québec, qui propose des produits haut de gamme pour le fat bike : gants chauds et casques adaptés à l’hiver et bottes isolées compatible SPD pour les pédales de vélos sont offerts chez Bicycles Quilicot. « Il y a une demande pour ça, termine André-Philippe Éthier, et je suis sûr que les produits Blivet se vendront très bien... »

Suivant →