Le vélo urbain, ou le plaisir de pédaler en ville

Se rendre au travail à vélo n’a jamais été aussi populaire à Montréal. Tous les jours, des milliers de cyclistes empruntent les voies cyclables pour se rendre au boulot, parfois en complet, cravate (et casque). Même l'hiver, ça pédale!

Le vélo au quotidien

La plupart des adeptes du cyclisme urbain se déplacent sur de courtes distances en ville ou en banlieue en utilisant le réseau routier, empruntant parfois d’autres moyens de transport motorisés comme l’autobus ou le métro. Sur une distance de sept kilomètres ou moins, se déplacer en ville à vélo est plus rapide que tout autre moyen de transport, selon plusieurs études. Le cyclisme contribue aussi à réduire l’empreinte écologique occasionnée par l'usage massif de l’automobile, en plus d'avoir de nombreux effets positifs sur la santé. 

La tendance au vélo urbain ne se dément pas, comme en témoigne la prolifération de regroupements, d’associations et de coalitions qui ont fait leur apparition ces dernières années. Ceux-ci rassemblent de plus en plus d’adeptes allant du néophyte jusqu’au pur et dur, en passant par le curieux et l’occasionnel. Les ateliers de réparation de vélo sont nombreux et les courses se multiplient pour rendre ce loisir plus accessible.

Le vélo fait tellement partie intégrante de la vie montréalaise que de plus en plus de manifestations et d'entreprises se déclarent « vélosympathiques », c'est-à-dire qu'elles veulent faire du vélo un véritable moyen de transport et un loisir pour tous. Vélo Québec décerne notamment des certifications aux collectivités et aux organisations qui travaillent en ce sens. Parmi celles qui se démarquent, on compte notamment l'Université de Montréal et la Ville de Montréal.


Bien connaître le cycliste en soi

Bien que chacun ait son propre style, quatre profils de cycles urbains se démarquent, selon une étude de chercheurs de l'université McGill (voir notre infographie plus bas). À ceux qui n'ont jamais essayé le vélo urbain et qui voudraient s'y mettre, n'ayez crainte : on s'y acclimate rapidement en appliquant l'ABC du transport actif et en commençant doucement, une ou deux journées par semaine.

vélo urbain à Montréal

Comment choisir son vélo?

Connaître son profil aide grandement à choisir le vélo que l'on enfourchera pendant plusieurs années, puisque les besoins varient d'un profil à l'autre. Une personne qui se rend au travail en vélo, été comme hiver, n'aura pas besoin de la même monture que celui qui la remise dès l'arrivée du froid.

Dans tous les cas, le vélo idéal doit être conçu pour résister au climat nord-américain (surtout si on souhaite l’utiliser toute l’année), aux voleurs et à un usage quotidien sur le bitume (disons-le, souvent mal entretenu) de la métropole. Idéalement, sa mécanique est simple sans être simpliste, ses besoins en entretien sont minimes et il est confortable sans être trop lourd.

Cela dit, le plus important est assurément la grandeur. Le meilleur cadre du monde sera inconfortable, dur à manier, voire dangereux, s'il n’est pas adapté à son pilote. À pignon fixe ou à vitesses, c’est une question de préférence. Il existe aussi des modèles step-through ou low entry, c’est à dire avec un cadre à entrée basse. Ceux-ci sont plus agréables à utiliser si l'on porte une jupe, une robe ou un pantalon à tissu peu extensible. Les roues sont aussi importantes, car elles doivent être solides, et les pneus, résistants.

Si le vélo de route peut être une bonne idée pour de plus longs trajets, il est aussi sujet à plus d'entretien et de crevaisons lorsqu’utilisé sur de mauvaises pistes cyclables. Plus robuste, un modèle de vélo hybride peut donc être une solution intéressante, mais là encore, il faut savoir quel usage on en fera pour choisir le bon.

Une fois le modèle choisi, il existe une panoplie de pièces et d'accessoires qui peuvent venir l'agrémenter. Parmi les incontournables se trouvent la béquille, le cadenas ainsi que les lumières, mais le support à bagage, les garde-boue et le panier sont aussi très utiles. Pour rendre votre monture encore plus sécuritaire, il existe des systèmes antivol qui remplacent vos attaches rapides de roues et de selle et qui fonctionnent avec une clé à code unique. 

Le cyclisme urbain en famille

Avoir des enfants n'est pas un frein au transport quotidien en vélo. Il existe plusieurs accessoires qui vous permettront de vous déplacer en famille. Un siège pour enfant, situé à l'avant ou à l'arrière du cycliste, permet de circuler avec son bambin sans trop s'encombrer. Si l'on a plusieurs enfants ou que bébé est devenu grand, une remorque pour enfants est idéale et s'attache bien au cadre du vélo. Un recouvrement en plastique protège aussi les petits des intempéries.

Si votre grand veut pédaler avec vous, mais que vous hésitez à le laisser se balader seul sur les pistes achalandées, une barre de remorquage, aussi appelée trail gator, lui permettra de vous suivre en toute sécurité. Cette barre s'arrime à l'arrière du vélo adulte et se range discrètement lorsqu'elle n'est pas utilisée. Enfin, mieux vaut porter le casque pour montrer l'exemple!

 

Pour d'autres conseils sur l'art de pédaler, inscrivez-vous à l'infolettre de Bicycles Quilicot ou suivez-nous sur Facebook !

← Précédent Suivant →