Fermer
Livraison rapide et gratuite pour toute commande en ligne!

Minus, le fatbike fait pour la neige

L’entreprise de Chicoutimi Devinci nomme son modèle de fatbike « vélo à neige » : un positionnement intéressant pour une entreprise… qui connaît ça, la neige ! Nous avons demandé à Julien Boulais, chef de produit chez Devinci, de nous parler du modèle MInus, en vente chez Quilicot.

vélo montagne homme Minus Devinci 2019

Tout d’abord, peux-tu nous dire d’où vient le nom ? « Minus », ça détonne par rapport à l’enflure sémantique habituelle des vélos de cette catégorie !

« C’est un nom à double sens. Il y a une référence au froid, par le terme anglophone « minus », qui veut dire « sous zéro ». Mais il y a aussi un clin d’œil au fait que plusieurs fatbikes ont des noms renvoyant à quelque chose de gros, d’immense, « fat » ou « jumbo ». On trouvait le contraste intéressant… »


Les vélos à pneus surdimensionnés sont réputés pour rouler pendant les quatre saisons, aussi bien sur la neige que le sable. Le Minus, lui, se positionne comme un « vélo à neige ». Est-ce un usage exclusif ?

« Par son design et par ses composantes, le Minus a été pensé pour rouler sur la neige. Mais il peut aussi aller sur le sable, ou sur toutes autres surfaces molles. On ne le voit pas comme un vélo de trail, par contre.

Il faut dire aussi que c’était naturel pour nous de concevoir un vélo à neige, étant donné que l’on est une entreprise basée au Saguenay, une région très au nord, où il y a beaucoup de neige ! »



Peux-tu nous expliquer quels aspects du vélo sont adaptés à la neige et à l’hiver ?

« D’abord, le Minus a des freins à disque hydrauliques fonctionnant à l’huile DOT, qui ne gèle pas au froid, contrairement à l’huile minérale. Puis, les pneus surdimensionnés ont des bandes cramponnées qui ont été testées sur la neige. »

La géométrie du vélo a aussi été pensée en fonction des sentiers : la hauteur d’enjambement est très basse, car lorsqu’on fait une sortie de piste et qu’on se retrouve dans la neige profonde, on veut que ce soit facile de remonter sur le vélo.

Le vélo est doté d’une transmission 1x [NDLR : 1 plateau unique à l’avant] ce qui réduit le potentiel de problèmes mécaniques à gérer. Puis, avec une cassette de 11-42 à l’arrière, ça donne la marge de manœuvre nécessaire pour toujours être à la bonne vitesse. »


Vendu autour de 1 500 $, le Minus est un vélo vraiment abordable pour sa catégorie. Quel est votre positionnement à cet égard ?

« C’était important pour nous d’offrir un fatbike accessible, car bien souvent, ce n’est pas le premier vélo de nos clients, qui ont déjà un vélo de route ou de montagne.

On voulait donc offrir une option simple et peu coûteuse, pour les amateurs de vélo qui veulent rester actifs l’hiver; qui veulent profiter des belles journées de plein air plutôt que rester à l’intérieur sur une base d’entraînement. »



Quels sont les faits d’armes du Minus jusqu’à maintenant ? Y a-t-il des ambassadeurs qui l’ont adopté ?

« Oui ! On le retrouve sur la Traversée du Lac-Saint-Jean à vélo. Les conditions sont très changeantes d’une année à l’autre. Quand la neige est tapée, c’est très roulant. Mais quand il y a du blizzard et de la poudreuse, ça peut être long…

En 2016, l’ancien cycliste David Veilleux, qui a participé au Tour de France, a effectué la traversée sur un Minus et a terminé 5e. Et bien sûr, il y a Pierre Lavoie, qui a choisi le Minus pour faire la traversée. »

← Précédent Suivant →