Fermer
LIVRAISON RAPIDE et GRATUITE à partir de 49$!

Apprendre à son enfant à faire du vélo: mode d’emploi

Draisienne ou tricycle ? Des « petites roues » ou pas ? Chaque parent a sa théorie en ce qui a trait à la meilleure façon d’apprendre à son enfant à faire du vélo… parce que chaque enfant est différent ! Nos conseils.

Apprendre le vélo

À quel âge un enfant devrait-il apprendre à faire du vélo ?

Pour arriver à faire du vélo, il faut d'abord une bonne dose d’équilibre, puis une coordination motrice efficace pour dompter l’effort de pédalage… Tout ça, en même temps ! Le défi peut être de taille pour un jeune enfant, selon son âge et son développement moteur. Dans un premier temps, il est conseillé d’apprivoiser chaque aptitude de façon indépendante, surtout si on a hâte de se promener avec l’héritier(e). Ainsi, si un enfant est en mesure de rouler à deux roues entre trois et huit ans, il peut goûter aux plaisirs du vélo beaucoup plus tôt.


Draisienne et tricycle

La draisienne (ou vélo trotteur) a deux roues, une selle, mais pas de pédales. L’enfant s’assoit ainsi en selle et trotte avec ses jambes pour se déplacer. Il développe son sens de l’équilibre entre chaque enjambée. Il doit aussi gérer le maniement du guidon pour se diriger — avancer son bras droit lui permet de tourner à gauche, et vice-versa.

En tricycle, l’enfant ne déploie aucun effort pour rester en selle sans tomber, mais il doit apprendre à pousser une pédale à la fois, au bon moment, pour avancer. Il a aussi le même défi de direction qu’avec la draisienne.

Alors, on opte pour quel vélo d'équilibre ? Il s’agit bien souvent d’une préférence parentale, parfois dosée d’une certaine forme de nostalgie à voir notre chérubin grimper sur un bon vieux tricycle ! Or, si on s’intéresse au développement de notre petit, il faut savoir que l’équilibre est plus facile à maîtriser que la coordination chez un jeune bambin. Dès 18 mois, surtout si l’enfant s’exerce à marcher (sans tomber !) depuis plusieurs mois, celui-ci peut s’initier à la draisienne. Quant à la coordination requise pour le pédalage, c’est un peu plus tard, vers deux ans et demi ou trois ans.


Roues stabilisatricesAvec ou sans roues stabilisatrices ?

Les choix qu’on aura faits plus tôt auront un impact pour le passage au « vrai » vélo. Un enfant ayant pu exercer son équilibre sur une draisienne pourra souvent se passer de roues stabilisatrices (les « petites roues »). Du moins, physiquement, il est prêt… Psychologiquement, c’est peut-être une autre histoire !

Quant aux années de pratique en tricycle, elles n’outillent pas aussi bien, tout simplement parce que l’effort de pédalage sur un vélo avec « petites roues » s’apprivoisera en quelques minutes chez un enfant plus âgé (4 ans et +). C’est le tempérament de l’enfant qui indiquera si celui-ci a besoin de roues stabilisatrices pour se pratiquer ou s’il peut faire sans.

La hauteur des roues stabilisatrices peut d’ailleurs être ajustée pour éviter que l’enfant ne les utilise comme béquille… ce qui ne l’aiderait pas du tout au bout du compte ! On retire les « petites roues» quand l’enfant est prêt à faire le saut. Et cela relève en général plutôt du « travail de psychologie » que de l’entraînement !



Faciliter l’apprentissage du vélo

Dans tous les cas, on privilégie un environnement de pratique où l’enfant n’aura pas à jongler avec une foule d’autres éléments. Par exemple, un espace sans voitures ou passants, sans dénivelé extrême et sans virages serrés. Une ruelle, une cour d’école, un stationnement désert ou un grand parc sont en général de bons choix. Enfin, un enfant qui a la chance de s’exercer sur une base quasi quotidienne maîtrisera sa monture plus rapidement qu’un autre qui ne voit son vélo que quelques week-ends par année, par soleil radieux seulement…

← Précédent Suivant →